Rechercher
  • annetolliepro

avril 2020 - avril 2021, 1 an déjà.

Je joins à ce post une séquence de Pilates de 30 minutes , filmée il y a un an .


Fêtes de Pâques oblige, ce matin je cherchais un cours à vous diffuser en replay à la place de mon cours de Pilates en ligne du lundi soir . Je découvre alors sur Youtube que je suis à plus de 100 vidéos de cours de yoga et Pilates stockées depuis sa création, il y a un an, c'est un peu dingue, non ? Cette année est passée si vite et si lentement , dans le même temps. L'occasion pour moi de partager avec vous quelques éléments de réflexion à propos de cette nouvelle expérience d'enseignement à distance.


Les points en défaveur des cours sur Zoom sont bien sûr nombreux : tout d'abord la distance physique change la nature et dégrade la qualité des échanges enseignant-élèves et élèves-élèves ... les élèves me manquent tellement...... Ce métier est avant tout un métier de contacts humains et en tout cas, c'est pour cela que je m'y suis engagé. Je constate néanmoins que sur zoom, avec des petits groupes pré-existants, on réussit peu ou prou à maintenir une ambiance de groupe enthousiasmante et réconfortante pour tous.


La qualité de l'enseignement pâtit de cet éloignement: je vois les pratiquants en 2D et le plus souvent par morceau (un bras ou un pied isolés, une jambe qui passe, un dos qui se tourne ...); des morceaux de corps en mouvement sur des fonds quelques fois cocasses (un mari qui se change, un enfant qui court derrière l'écran brandissant une épée laser, un chat qui déambule nonchalamment...). Mes recommandations sont donc rarement personnalisées et je m'interdis de proposer des postures complexes ou à risques. Il me faut être particulièrement vigilante dans la façon dont je conduis le cours en anticipant et en explicitant systématiquement ce qui pourrait être délétère dans un mouvement; ce dernier point n'est pas pour me déplaire; je trouve que l'enseignement à distance est exigeant, demande une grande précision dans l’accompagnement qui ne supporte pas l’approximation.

Même pour les élèves, tout n'est pas à jeter dans cette situation. Pratiquer chez soi, cela veut dire pas de temps de transport pour se rendre au cours et ça peut être un vrai confort (personnellement à Paris il m'est arrivé de faire 2H30 de trajet aller-retour pour suivre 1 cours de 1heure....). Et puis, chez soi, si on arrive à s'isoler un peu, il y a là un espace où chaque élève pratique vraiment pour lui, à l'abris des regards et sans tentation de se comparer (ce qui est souvent un frein à une pratique tranquille et au lâcher prise).


Enfin, plus anecdotique, lors des premières vidéos, je me suis observée entrain de pratiquer. Dans les salles de yoga ou Pilates, il n'y a pas de miroirs et je ne m’étais jamais vraiment vue entrain de faire les exercices ou postures. Pas inintéressant. Globalement et même si rien ne remplace la qualité et le plaisir d'être ensemble, j'apprécie cette expérience du distanciel, l'engagement qu'il requiert de la part de l'enseignant mais aussi des élèves. L'engagement n'est il pas l'un des fondements de la pratique du yoga ? Belles fêtes de Pâques à tous et vivement le retour des cours en studio !





  • J’aime

  • · Répondre

  • · 2 sem

  • · Modifié

Afficher 1 autre commentaire



103 vues0 commentaire